Acier pour soudage autogène : composition et utilisation


Acier pour soudage autogène : composition et utilisation

Messagede wolfi » Mer 25 Jan 2012 23:55

Bonjour,

je forge parfois de petites pièces pour armes anciennes comme des ressorts, goupilles, vis, etc..., et je fais des trempes, revenus et cémentations de petites surfaces.

Pour la soudure, j'utilise l'autogène, acétylène-oxygène avec de petites buses.
Pour de petites soudures j'utilise du fil de soudure appelé "fourré" destiné à la soudure au gaz inerte, qui, d'après ce que j'ai pu lire n'est pas fourré, mais l'extérieur serait traité anti-oxydation. Il me semble que pour de petites soudures sur des tôles minces, ça va assez bien comparé au fil de fer simple "de clôture".

Le fournisseur de matériel pour armuriers Brownells propose des baguettes assez chères à 3,5% de nickel (lien).

Un ami me parlait de restaurateurs qui utilisent des aiguilles de machines à coudre industrielles qui devraient très bien couler. Malheureusement je n'ai rien trouvé sur la composition de ces aciers. Personnellement, je pense que ce sont des aciers au carbone nickel, mais j'aimerais un avis éclairé et autorisé, je ne possède pas le stahlschluessel.
Ces aiguilles se font jusqu'à un diamètre d'environ 3mm et coûtent facilement 3€ pièce. Les aiguilles dont je dispose ont au minimum 50 ans d'âge. J'en ai un petit stock dont je me sers pour faire des goupilles et pour marquer des aciers assez durs et le fer.
J'aimerais savoir, outre la composition approximative, ce que je peux souder avec à l'autogène.
Je travaille sur du CK75 et sur du fer simple essentiellement.
Merci de votre aide.
wolfi
 
Messages: 33
Inscription: Jeu 24 Sep 2009 00:03

Si vous trouvez ce sujet interessant, partagez-le sur vos reseaux sociaux favoris :

Lectures recommandées sur ce thème


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 0 invités