Comment fabriquer un manche de couteau piémontais en corne ?


Comment fabriquer un manche de couteau piémontais en corne ?

Messagede cardoso5fr » Sam 11 Avr 2009 17:39

Cela va faire redondance avec le tutoriel de Mike sur Le bar, mais bon je l'ai fait pour mes amis de Bristishblade qui me l'ont gentiment demandé.

Voici donc comment réaliser un couteau piémontais avec manche en corne.
Pour la réalisation de la lame, je vous laisse vous reporter à l'autre tutoriel sur la réalisation d'un couteau piémontais.
Matériel nécessaire :
  • 1 lame prévue pour un piémontais,
  • 1 corne : ici du zébu,
  • 1 Dremel avec un disque à tronçonner, feutre de polissage, gomme à polir,
  • 1 rivet, 2 ou 4 rondelles de laitons (2 rondelles de friction en lame de rasoir si besoin),
  • 1 disque abrasif sur ponceuse en grain 36, un abrasif en grain 80, grains 120 , 150, 240. Feutre de polissage et pate à polir.
  • 1 étau, un marteau à riveter.


Précaution : il s'agit de choisir une corne sensiblement de la taille de la lame, histoire de ne pas avoir trop à retoucher.
En 1er lieu, on va creuser le canal.
  • A l'aide d'un disque à tronçonner (neuf de préférence pour que le diamètre soit le plus important possible), on creuse le canal à vitesse réduite (mise en garde : cela chauffe et sent plutôt mauvais).
  • Le disque fait 2 mm d'épaisseur et ma lame 4 : je procède alors en passes successives jusqu'à obtention d'un canal d'a peu prés 4 mm de largeur et peu profond pour commencer.

Choix d'une lame à la bonne taille pour la corne.

Le canal est entièrement creusé.

Une idée de la profondeur : on ajustera ultérieurement.

Lorsque le canal principal est terminé, ou coupe la corne en deux sur son début, de manière à laisser pivoter la lame.

La corne est coupée sur environ 1,5 cm de profondeur. On ajuste en faisant pivoter la lame.

La corne est coupée sur son début.

La lame dans son emplacement en position fermée.

La profondeur peut être ajustée en fonction de la hauteur de la corne et de celle de la lame.
  • Il s'agit de marquer sur la corne, avec une lime triangulaire, le point le plus bas du talon de la lame une fois en position, en gardant à l'esprit que la lame doit pouvoir pivoter.

On sort alors la lame de son canal pour la placer sur la corne, comme si elle était encore dans le canal.
  • La marque faite à la lime permet de repérer le point le plus bas du talon.
  • On indique alors le centre du trou sur la corne soit avec pointe soit avec un feutre.

On se sert alors d'une pointe ou d'un pointeau pour renforcer l'emplacement à percer.

On positionne la corne dans l'étau avant de percer lentement à l'aide d'un forêt de la taille du trou de la lame à l'emplacement précédemment indiqué.


Un premier assemblage peut être réalisé.

  • On fait pivoter la lame jusqu'à ce qu'elle rencontre de la corne. Ici, on réalise qu'il faut retoucher le canal supérieur.
  • Cette opération est menée à bien à l'aide du disque à tronçonner ou de la lime jusqu'à ce que la lentille s'intégre correctement dans le manche. On peut souhaiter ne pas avoir la lame totalement dans l'axe du manche...

Une lame positionnée correctement peut ressembler à cela.

La lentille s'intègre dans la corne.

Avec un disque abrasif grains 36 monté sur une perceuse (Possibilité d'employer une ponceuse à bande, même grain), on affine le manche. L'idée est d'enlever de la matière en cherchant à obtenir un résultat le plus symétrique possible au niveau de l'épaisseur de chaque coté du canal. (Cette opération est d'autant plus délicate que la corne est un matériau vivant et non formaté).

Voila un peu ce que cela donne.
  • Ensuite, on peut poursuivre l'affinage en ponçant au grain 80. J'utilise ma ponceuse à bande et me sers principalement de la petite partie de bande libre
    et de la petite roue de contact pour arrondir l'ensemble.

  • Après un passage au grain 120 et 150 sur la ponceuse, la finition peut s'effectuer à la main au 240.... et plus si affinité.
  • Enfin, un polissage à la dremel et pâte à polir rekor sur feutre est bienvenu... mais à vitesse très réduite et avec des mouvements continus. Les mouvements réguliers évitent que la corne se teinte différemment auquel cas, il faudrait reponcer et repolir.

Le couteau pré-monté est disposé sur la plaque qui me sert à riveter ; et avec le petit marteau boule pour riveter : le rivet a été coupé à 4 mm de plus que l'épaisseur de la corne et des deux rondelles de laiton. (Deux rondelles de friction se trouvent à l'intérieur du manche et sont réalisées à partir de lame de rasoir : voir tutoriel de Rems sur France Balisong et de Chris Crawford sur son site).
  • On met une rondelle de chaque coté en laissant dépasser 2 mm de rivet.
  • On martèle le premier coté à 45° de manière à ce que les coups n'écrasent pas le pivot et le déforment, mais poussent la matière vers les cotés.
  • On reproduit l'opération de l'autre coté, et ainsi de suite jusqu’à ce que le rivet fasse bien son office, que la friction soit optimale sans obstruer le mouvement de la lame.

  • Après, il s'agit au besoin d'arrondir les angles de la rondelle en utilisant la gomme à polir ;
  • avant de nettoyer et polir grâce au feutre à polir et la pate à polir.

Le travail d'affutage peut commencer.
Avatar de l’utilisateur
cardoso5fr
 
Messages: 1595
Inscription: Ven 10 Avr 2009 14:29
Localisation: Le mans

Si vous trouvez ce sujet interessant, partagez-le sur vos reseaux sociaux favoris :

Lectures recommandées sur ce thème


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

cron