Ethique du restaurateur de ferronnerie


Ethique du restaurateur de ferronnerie

Messagede bernard » Jeu 20 Jan 2011 11:25

Bonjour de Bernard.

Dans le cadre d'un travail sur la restauration, je profite de ce forum pour poser deux questions :
    Quelles sont les raisons d'être Restaurateur de Ferronneries anciennes ou d'objets anciens ?
    Et surtout quelle doit être l'éthique d'un restaurateur (hormis l'aspect administratif déjà défini) ?

A vos claviers... je tiendrai Métal Connexion de l'issue de ce travail.
bernard
 
Messages: 123
Inscription: Dim 19 Oct 2008 17:35

Re: Ethique du restaurateur de ferronnerie

Messagede cuprite » Jeu 20 Jan 2011 14:46

Bonjour.
Pourrais-tu nous indiquer la nature de ton travail sur la restauration?

1) Pourquoi? : Pour comprendre les objets anciens, comment ils sont fabriqués, utilisés, réparés, quelles sont les techniques et technologies mises en oeuvre, pour s'étonner chaque fois sur les choix de matériaux et leur mise en oeuvre, pour retrouver la trace de la main de ou des artisans, ses particularités, ses outils, le processus de mise en oeuvre, pour tenir entre ses mains un objet qui a été utilisé par des hommes et des femmes il y a 10, 100, 1 000, 10 000 ans, pour se rendre compte que cet objet a traversé l'Histoire et qu'il en porte l'histoire.
2) Comment? : Qu'appelles-tu l'aspect administratif? Pour ma part, travaillant sur des pièces archéologiques, je m'abstiens de faire ou refaire des éléments dont je n'ai pas trace documentée sur l'objet, mais tout en rendant l'objet compréhensible par les professionnels et le public qui serait amené à le voir, cela se traduit par refaire des parties manquantes lorsque c'est mécaniquement nécessaire, mais laisser des trous lorsque l'objet est suffisamment solide pour les supporter (par exemple). La restauration doit se distinguer sans ambiguïté de l'original, sans prendre une place trop visible : c'est l'objet qui importe, pas notre travail. L'utilisation des produits synthétiques (résines, fibre de verre, plexiglass, tubes de carbone) permet de rendre les supports structurels de plus en plus discrets tout en étant très résistants et facilement réversibles. Les produits et les techniques utilisés devraient être entièrement réversibles, mais en pratique, lorsque je fais une imprégnation sous vide de résine d'un objets entièrement creux et sans aucune tenue mécanique propre, je sais que, même si la résine reste soluble, son élimination entraînerait l'effondrement de l'objet sur lui-même. De même, lorsque j'élimine de la corrosion par abrasion; je me vois mal la remettre en place. Je m'applique plutôt à utiliser des produits dont je connais le vieillissement (du moins en théorie) et qui ne s'altéreront pas en répandant des produits nocifs pour le reste de l'objet. Théoriquement, j'essaie d'intervenir au minimum sur l'objet pour privilégier le contrôle de son environnement pour sa conservation, mais il y a des informations qu'il faut dégager à la fraise diamantée si on veut y comprendre quelque-chose ou présenter l'objet au public. Lorsque l'objet sort de mon atelier, je m'assure qu'il sera conservé dans de bonne conditions pour assurer sa pérennité, soit en lui confectionnant un emballage à humidité relative contrôlée, soit en donnant toutes les directives pour que son milieu environnant soit apte à sa conservation. Enfin, toutes les interventions réalisées, les produits utilisés et les observations faites sur l'objet au cours du travail sont consignés dans un rapport remis en même temps que l'objet et supposé le suivre au cours de sa vie.
Voilà, ce qui me vient spontanément à l'esprit pour répondre à tes questions, peut-être encore quelques idées à venir avec un peu de réflexion...
cuprite
 
Messages: 226
Inscription: Ven 29 Mai 2009 19:39
Localisation: Cotentin

Re: Ethique du restaurateur de ferronnerie

Messagede roseleur » Jeu 20 Jan 2011 14:55

Il me semble que les raisons d'être restaurateur en général peuvent être multiples et différentes suivant les personnes : intérêt pour l'histoire des techniques, l'art, la réparation, la science et les technologies... Le travail de restauration est un travail très technique mais pas très créatif.
La rémunération n'est probablement pas un bon motif d'autant qu'elle est en baisse.

Pour ce qui est de l'éthique, elle est centrale dans ce métier. C'est sur la base de cette éthique que tous les choix d'intervention sont ou devraient être faits.

On avait déjà évoqué ce sujet et proposé diverses chartes de restauration qui apportent certains éléments de réflexion : Chartes de restauration
Avatar de l’utilisateur
roseleur
 
Messages: 5224
Inscription: Mer 1 Oct 2008 20:01
Localisation: Nice

Re: Ethique du restaurateur de ferronnerie

Messagede bernard » Ven 21 Jan 2011 10:36

Bonjour de Bernard.

"Dans une époque ou tout ce privatise..." comme dit Roseleur, certains donneurs d'ordres commencent à baisser les bras et le politique est peut compétent à tel point que dans des commissions, l'idée commence à poindre de jeter l'eau du bain avec le bébé : les bétonneurs sont sur les rangs (dans les commissions...).

Je m'efforce de collecter tout éléments pouvant servir à défendre nos métiers et vous tiendrai informés.

Merci pour vos réponses.
bernard
 
Messages: 123
Inscription: Dim 19 Oct 2008 17:35

Re: Ethique du restaurateur de ferronnerie

Messagede Frédéric PERTUS » Jeu 27 Jan 2011 19:12

Bonjours,

en ce qui me concerne, le gros œuvre doit rester le sujet de prédilection du ferronnier.
Pour la décoration d'intérieur, les rampes et garde-corps sont courants.
Cependant, il vaut mieux avoir déjà fait de la restauration ou s'intéresser aux objets anciens pour aborder le dernier siècle de métallerie et faire des objets de décoration contemporains.

Merci pour ce forum.
FRED
Frédéric PERTUS
 
Messages: 21
Inscription: Dim 19 Sep 2010 17:29


Si vous trouvez ce sujet interessant, partagez-le sur vos reseaux sociaux favoris :

Lectures recommandées sur ce thème


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités